Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les temps mauvais, où les hommes sans lois ni maîtres font ce qu'ils leur semble bon

par Le chretien vigilant 1 Juillet 2017, 18:10 Une parole pour s'édifier C'est le temps d'être prêt !

Les temps mauvais, où les hommes sans lois ni maîtres font ce qu'ils leur semble bon

Les périodes de réjouissance et de paix n'existent que lorsque les hommes savent qu'ils ont des limites et des libertés à ne pas franchir. Le code moral que Dieu a inscrit dans le coeur de l'homme dès sa naissance nous apprend instinctivement que tuer est une mauvaise chose, et que faire le mal sans raison est une faute. D'ailleurs, nous avons une conscience qui nous accuse, ou qui nous justifie, ce à quoi, nous ne pouvons pas nous mentir.

 

Pourtant la tribu des Benjamites, au temps des juges, étaient arrivés à un temps d'apostasie de perversion inimaginable. Alors que les juges qui étaient établi en Israël faisait prospérer la voie de Dieu dans les coeurs, il arriva un temps où Israël fut sans roi, sans juge, et l'héritage porté par Moïse et Josué était oublié avec les générations des pères.

 

Ces temps de malheurs étaient arrivés en Israël. La volonté de Dieu était caché face à un peuple au cou dur comme le fer, constamment plongé dans la débauche. Ces temps de malheurs étaient marqué par une dépravation des moeurs causés par l'inexistence de la présence de Dieu. Une nation qui rejette Dieu est une nation qui finira dans la perversion. Ce fut le cas de la tribu de Benjamin, particulièrement de Guibéa, où des hommes, fils de Bélial (c'est à dire des hommes perverti de coeur, et rempli de pensée sataniques), violentèrent la femme d'un prêtre toute une nuit, la laissant morte. Le niveau de débauche était semblable à celui de Sodome et Gomorrhe, où similairement, des hommes voulaient abuser des invités de Lot. 

 

En ce temps-là, il n'y avait pas de roi en Israël. Chacun faisait ce qui lui semblait être droit à ses yeux. Juges 17:2

 

Un peuple, une nation sans lois, sans maître, sans Dieu.

 

Que dire ? Sommes-nous dans ces temps, ou certainement, nous y entrerons ? Puisque que les nations rejettent de plus en plus, et nous le voyons tous les jours. Les dépravations des moeurs, toutes ces sectes religieuses, toutes ces injustices dans le monde, toutes ces perversions sexuelles, et j'en passe tant la liste est longue, signifie que nous avons rejeté le seul vrai DIEU de nos vies, de nos coeurs !

 

Ce que Israël antique a fait au temps des juges se reproduit encore aujourd'hui, lorsque nous commençons à nous rendre compte que le péché n'a plus de limite, que la folie de l'homme dans son égarement l'a plongé dans un état second, tellement profond qu'il en vient à changer l'usage de corps.

 

La dépravation des moeurs dans la vie d'un homme est le résultat du déclin de la foi, qui nous prouve qu'il a rejeté Dieu, et qu'il a rejeté son autorité, tout comme ce fut le cas des Benjamites.

 

Car ce n'est pas faute de temps et d'avoir essayer de les ramener à la raison que Dieu les a livré à leur propre perservité.

 

Romain 1:20

... ce qu'on peut connaître de Dieu est manifesté parmi eux, car Dieu le leur a manifesté.20 En effet, les perfections invisibles de Dieu, à savoir sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l'œil nu, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages, de sorte qu'ils sont inexcusables ; 21 parce qu'ayant connu Dieu, ils ne l'ont pas glorifié comme Dieu, et ils ne lui ont pas rendu grâces ; mais ils sont devenus vains dans leurs discours, et leur cœur destitué d'intelligence a été rempli de ténèbres.

 

Pendant plusieurs années, alors que Dieu envoyait des juges, des prophètes pour ramener à la raison les captifs, ils ne cessaient de se détourner. Alors que la voix des prophètes s'élèvent encore aujourd'hui pour parler au nom de Dieu, les hommes ne s'en soucis guère. Nous sommes dans les temps mauvais, où les hommes sans lois ni maîtres font ce qu'ils leur semble bon.

 

Romain 1:24

24 C'est pourquoi aussi Dieu les a livrés aux convoitises de leurs propres cœurs ; de sorte qu'ils se sont abandonnés à l'impureté...

... C'est pourquoi Dieu les a livrés à leurs affections infâmes, car même les femmes parmi eux ont changé l'usage naturel en celui qui est contre la nature ; 27 de même aussi les hommes, laissant l'usage naturel de la femme, se sont embrasés dans leur convoitise les uns envers les autres, commettant homme avec homme des choses honteuses, et recevant en eux-mêmes la récompense de leur égarement qui leur était due. 28 Car, comme ils ne se sont pas souciés de connaître Dieu, aussi Dieu les a livrés à un esprit dépourvu de tout jugement, pour commettre des choses qui ne sont nullement convenables, .

 

Alors que la Bible est ferme sur plusieurs interdits, beaucoup de chrétiens, semblent se laisser séduire par l'ère du siècle présent, sous le crédeau de l'amour, et banalisant tout simplement la Parole de Dieu. Voilà pourquoi tant de chrétiens devenu tiède et mort spirituellement, ne peuvent plus vivre la sainteté de Dieu, étant étranger à la rigueur de la sanctification. 

 

Les temps mauvais, semblable à cette époque des Benjamites dans Juge 19-21 est maintenant arrivé. Ce sont malheureusement les chrétiens qui sont les principaux acteurs, car eux qui étaient amené à être des lumières se sont éteint et leur fraicheur n'est plus. Aussi les livrent à leur propre perversion, à leur propre extravageance et leur perservité. Le monde chrétien va mal, vous pensez ? Moi je suis sûr qu'il est infecté de gens semblable moralement et spirituellement à ces Benjamite, à ces enfants de Guibéa qui ont rejeté Dieu comme roi.

 

Ce qui va arriver, et ce qui arrive déjà, est une dégradation aigue et chronique des moeurs dans les coeurs des chrétiens qui apostasient et qui rejetent Dieu à cause du péché. Ce fléau généralisé qui frappe toutes les églises fait des ravages, à cause notamment de la légèreté et des fausses doctrines qui plaisent à ces hommes et hommes.

 

Malheur au peuple sans loi qui à rejeté son Dieu pour obéir à sa chair.

Malheur aux hommes sans limite dans la perversité qui ont dit non à Dieu.

Malheur au serviteur qui ne connaît pas son roi, car les temps mauvais sont maintenant là.

commentaires

Haut de page